Coucou!

Salut! Bonjour! Ça va? Coucou!
Une erreur est survenue dans ce gadget

mardi 2 juin 2015

La chanson française péférée de tous les temps

Histoire de la chanson

Le titre vient du nom d’une ancienne confiserie, le Mistral gagnant, disparue bien avant l’enregistrement de la chanson.
C’est une chanson dans laquelle le chanteur parle de ses souvenirs et des bonbons de son enfance. Elle est largement imprégnée de la mélancolie du chanteur exprimée au travers de ses souvenirs de bonbons, aujourd’hui disparus comme le temps qu’on ne peut pas récupérer. Elle est destinée à sa fille Lolita.
Renaud raconte que cette chanson ne devait pas figurer sur l’album, car il pensait qu’elle « était trop personnelle et n’intéresserait pas grand monde. ». Appelant sa femme Dominique depuis le studio d’enregistrement, il la lui a chantée au téléphone. Après l’avoir entendue, elle lui a dit : « Si tu ne l’enregistres pas, je te quitte... ».
En mai 2015, selon un sondage BVA, elle est désignée chanson préférée des Français devant Ne me quitte pas de Jacques Brel et L'Aigle noir de Barbara (Wikipedia)

.





Jean-Jacques Goldman reste pour sa part le «chanteur préféré des Français», devant Jacques Brel et Georges Brassens, et Edith Piaf est leur «chanteuse préférée», devant Barbara et Céline Dion, selon cette étude «Les Français et la musique».
Une liste de 30 chansons, établie à partir d’un sondage préalable, a été proposée aux personnes interrogées, qui pouvaient sélectionner jusqu’à trois titres: Mistral gagnant, avec 25,7% des suffrages, devance d’une très courte tête Ne me quitte pas de Brel (25,2%) et L’aigle noir de Barbara (22,5%). Suivent Les lacs du Connemara (Michel Sardou), Là-bas (Jean-Jacques Goldman) et La montagne (Jean Ferrat). En ce qui concerne les chanteurs, Renaud se classe cinquième, derrière Goldman, Brel, Brassens et Ferrat.
L’enquête a été réalisée par téléphone les 29 et 30 avril auprès d’un échantillon de 1 028 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).(Libération Culture)